Un jour, un thème : Le développement durable


Aujourd’hui et pour ce dernier jour, nous mettons en lumière le développement durable qui est un des sujets majeurs de cette époque et qui nous tient à coeur.

Au lycée, la fibre citoyenne éco-responsable est partagée depuis bien longtemps, nous avons pu le voir avec la construction de la porcherie bio quand des hommes et des femmes de tous les services sont venus plusieurs samedis, dans la neige et le froid, pour la construire, il en est de même pour la stabulation.thumbnail of plaidoiries livret définitif

 

 

Avec les élèves, c’est surtout depuis 2012 que cette fibre éco-responsable est mise en lumière avec le premier concours de plaidoiries, où les élèves plaident en faveur de la protection de la planète. Cette initiative a remporté un grand succès et a été saluée par un « coup de cœur du jury » des Trophées du développement durable du conseil régional du Limousin et par un coup de cœur du ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, remis lors de la semaine du Développement durable.

 

Et là, l’envie devient véritablement acte avec le groupe d’écodélégués qui monte des projets, et mène des actions, notamment des ateliers destinés aux élèves, mais aussi des sensibilisations ou formations à destination des adultes, par exemple “cerner les substances dangereuses dans les produits ménagers”.

Cette année, les écoresponsables ont travaillé activement à réduire notre empreinte plastique. Ils conçoivent notamment des tutos :

 

 

Il y a eu plusieurs actions marquantes pour mener à bien cet enjeu majeur :

  • le passage de l’exploitation en agriculture biologique (La Vie Corrèzienne en parle ici)
  • le mois sans plastique, avec le don d’une trousse zéro plastiques à tous les élèves
  • la journée de sensibilisation, avec l’accueil de collégiens
  • le défilé stop aux plastiques 
  • la création d’un magasin éphémère avec le don de vêtements
  • ateliers de fabrication pour les élèves : pâte à modeler sans danger, peinture écologique sans substance dangereuse, cuisiner sans perturbateur endocrinien
  • reconnaître les perturbateurs endocriniens dans la maison, autour de bébé et adopter d’autres gestes / méthodes / objet (en lien avec la filière services)
  • au self avec la proposition de repas issus de circuits courts dont la viande de l’exploitation

 

Mais ça ne s’arrête pas là, l’année prochaine, les élèves continuerons d’être sensibilisés avec des actions “éco-drague” pour apprendre à cerner les perturbateurs endocriniens dans sa vie d’ado, avec un escape game sur ce thème. Le projet de “réduire notre empreinte plastique” avec des changements pérennisés sur le self (yaourt lait bio local, légumes bio locaux…) sera également abordé ainsi qu’un travail de réflexion sur l’élimination des plastiques sur l’exploitation avec les BTS.